Emmanuel Macron et l’argent : une relation de soumission

Emmanuel Macron, comme vous le savez, est le candidat qui doit être choisi par les français. C’est le produit chic,ma2 jeune et glamour que le système financier veut imposer à la tête de la France.

Emmanuel Macron croit dur comme fer à son élection et visiblement, il y croit depuis longtemps. Est-il mégalomane ? Oui, sans aucun doute. Il n’a échappé à personne que « En Marche ! » reprend les initiales d’«Emmanuel Macron» : «En Marche !», c’est «Emmanuel Macron !» . La modestie du candidat est effarante et le jeu sur l’abréviation EM relève plus du publicitaire que du politique. C’est le problème : Macron est un produit électoral façonné par l’argent.

Pour se convaincre que le candidat Macron est un produit «tête de gondole» qui est sorti de nulle part dans des conditions troubles, il suffit de se pencher justement sur la relation entre l’argent et M. Macron. Pour ce faire, nous allons reprendre quelques éléments chiffrés issus d’un remarquable article d’Olivier Berruyer. (Je vous invite à lire en détail cet article très documenté sur son site d’information ainsi que les articles publiés par le JDD).

Emmanuel Macron et l’argent

Entre 2007 et 2016, les revenus du candidat «anti-système» ont été de près de 3,4 millions d’euros bruts, soit 1 800 000 euros nets après impôts. La comparaison des déclarations de patrimoine 2014 et 2016 du candidat qui déteste les banques, permet de constater qu’il a consommé environ 1,4 millions d’euros nets en 3 ans, ramenant son patrimoine net à presque rien et faisant dire à certains journalistes que M. Macron serait ruiné ! ( Voir les chiffres publiés par le JDD du 12 février 2017).

M. Macron a eu un comportement dépensier digne d’un flambeur de salle de jeux. Inquiétant pour un éventuel futur président de la France. En effet, entre 2014 et 2016, le candidat Macron a dépensé environ 1 250 € par jour, soit plus d’un SMIC par jour ! Ah oui, n’oubliez pas que M. Macron est de gauche et comprend le peuple (humour)….

ma5En 2007, M. Macron décide d’acheter un appartement de 85 m² dans Paris XVème alors que les revenus annuels du couple Macron étaient inférieurs à 90 000 euros. Tous les parisiens connaissent le prix exorbitant de l’immobilier dans la Capitale. Ils ne seront donc pas surpris d’apprendre que M. Macron a payé son appartement 890 000 €. Diamant sur les lingots, M. Macron y a fait 70 000 € de travaux. Le coût total de cet investissement, en y incluant les frais de notaire, peut donc être estimé à 1 000 000 € d’euros. Or M. Macron n’avait quasiment aucun apport personnel.

Il est clair qu’aucune banque n’aurait prêté à un jeune couple parisien 900 000 euros pour des revenus annuels inférieurs à 90 000 euros. Dans les faits, M. Macron a obtenu un prêt de 350 000 euros de la part d’une banque et un prêt de 550 000 euros de la part d’un milliardaire désintéressé.

Le plus drôle, c’est que M. Macron aurait surpayé son appartement plus de 200 000 euros ! Mauvais investisseur et mauvais gestionnaire que M. Macron.

L’histoire n’est pas finie : M. Macron possède aussi une résidence secondaire au Touquet-Paris-Plage dans laquelle il a effectué 350 000 € de travaux. Peu de gens le savent, mais il y a des logements insalubres au Touquet (encore humour)…

Signalons enfin, que M. Macron avait acheté en 2005 une voiture d’occasion au prix de 40 000 euros, c’est-à-dire pour une somme qui à l’époque représentait son salaire annuel ! Magique Macron !

Cette facilité à claquer l’argent est un travers bien ancré dans le tempérament de l’ancien ministre des finances. Ce dernier n’a pas hésité à dépenser 120 000 euros en huit mois pour des repas entre «amis». Une telle propension à dépenser autant d’argent est assurément un handicap pour un homme qui, une fois Président, doit pouvoir rester indépendant et non soumis à des faiblesses dont des puissances financières pourraient tirer avantage.

Macron, un personnage qui esquive le débat

Il est clair que ce tableau dresse une image opaque et inquiétante d’Emmanuel Macron. L’homme du renouveau, l’homme jeune, l’homme sans casseroles se révèle être un homme très dépendant et tenu par l’argent. Monsieur Macron a ses zones d’ombre. Il faudrait beaucoup d’humour pour conclure que l’analyse des revenus, des dépenses et du patrimoine de Macron est sans incidence sur la fiabilité d’un personnage qui se voit chef d’Etat.

La transparence n’est pas au rendez-vous et elle ne viendra pas car M. Macron semble vouloir refuser de participer aux débats qui seront organisés par les chaines de télévision entre les candidats à l’élection présidentielle.

Non seulement cet homme cache visiblement l’origine de ses financements, la manière dont il a dilapidé un SMICma6 par jour et les obligations qu’il a contractées auprès de ses bienfaiteurs, mais en plus, il ne veut pas se soumettre aux débats avec les autres candidats et  devant les français. En un mot, M. Macron va nous demander de lui donner un chèque en blanc. On devine le plaisir jouissif qu’un tel chèque doit procurer à un flambeur journalier de SMIC ! Français, françaises, on vous prie de croire M. Macron sur ses beaux sourires, sur ses opportunistes alliés de la dernière heure et de ne pas exiger de lui qu’il se rabaisse à débattre avec les candidats pour soumettre ses projets à l’épreuve de la critique. Rien que ça…

Des électeurs déconsidérés

Incontestablement, cette élection ressemble de plus en plus à une mascarade. Les journalistes du Point se sont même récemment interrogés sur les méthodes du Parquet financier qui a publié l’annonce de l’ouverture d’une information judiciaire dans l’affaire Fillon à 20 heures un vendredi soir : « Mais en rendant public un vendredi soir à 20 heures leur communiqué, Éliane Houlette et ses collaborateurs savaient qu’ils satureraient l’espace médiatique du week-end, qu’ils bénéficieraient pendant deux jours d’une bruyante caisse de résonnance, qu’ils obéreraient la capacité de réponse des protagonistes de l’affaire et qu’ils rendraient peu audible la campagne électorale. À 57 jours du premier tour de la présidentielle, ce manque de discernement et de fair-play pourrait coûter démocratiquement cher. Ce danger a-t-il été bien mesuré ? ». La réponse est évidemment non car il est dangereux de laisser les français seuls avec Macron comme unique alternative au vote.

ma1Ce qui est déplaisant, c’est de voir que les ficelles utilisées pour manipuler les français sont de plus en plus grosses. Visiblement certaines personnes ont une bien piètre image des électeurs pour utiliser de telles méthodes. L’usage d’un peu plus de subtilité pour placer la noire colombe Macron à l’Elysée serait une forme de respect pour le peuple. Hélas, dans cette affaire nous sommes pris pour des individus pas très malins. Toutefois, à trop vouloir prendre les français pour des gens myopes, les financeurs du candidat Macron risquent de renvoyer ce dernier dépenser un SMIC par jour dans les locaux de la banque Rothschild. Un tel destin serait un bienfait pour relancer la consommation et un répit pour la France.

Régis DESMARAIS

A lire aussi :

Emmanuel Macron : This is the girl !

et La politique c’est un style et un piège pour Emmanuel Macron.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Emmanuel Macron et l’argent : une relation de soumission »

  1. […] les 2,7 millions d’euros bruts perçus par Emmanuel Macron entre 2011 et 2013, soit environ 1,4 million d’euros nets après impôts, alors qu’il déclare un patrimoine quasiment nul, indiquant qu’il avait alors « pas mal […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s