François Fillon résiste et replace la France au centre du débat

François Fillon a décidé de se maintenir dans la course à la présidentielle alors que son propre parti évoquait ces derniers jours le recours à un plan B.  

df4Cette décision est surement l’une des plus difficiles que François Fillon a dû prendre dans sa carrière politique. Le contexte, la violence des propos échangés, l’agitation permanente, la fuite de nombreux membres de son équipe, tout cela présentait un fort pouvoir paralysant et déstabilisant.

François Fillon résiste et reste car il se dit persuadé qu’aucune autre solution satisfaisante pour la France n’est possible. S’il renonçait, la France risquerait de tomber dans les mains de Marine Le Pen. Peu importe qu’il ait raison ou pas dans cette analyse mais incontestablement, il y a de la grandeur dans son choix. Certains, encore et toujours, n’y verront que de l’entêtement mais toute grandeur se confronte toujours à de multiples petitesses. Cette décision de se battre pour ses idées désarçonne tous ceux qui ont pris pour habitude de battre en retraite sitôt que les médias et les donneurs de leçon hurlent à l’hallali. La décision de François Fillon comporte dans son audace, après tant d’attaques, ce qui fait trop cruellement défaut en politique : le courage car il faut du courage pour résister à pareils vents contraires, à tant de défections. François Fillon se maintient car il se sait innocent des turpitudes qui lui sont reprochées. Sa détermination est celle de ceux qui refusent l’injustice. Il s’est déjà longuement expliqué sur sa faute morale et la légalité de ses actes. François Fillon n’a pas oublié que la justice est rendue au nom du peuple français et justement, il en appelle au peuple.

Dans les prochains jours, François Fillon sera sans doute vilipendé par tous ceux qui voulaient sa mort politique sans avoir le courage d’assumer les conséquences de ce souhait. Il suffit de tourner la tête en arrière pour contempler cette dérisoire et navrante polémique sur l’expression « Assassinat politique« . Fillon reste, l’assassinat politique n’a pas eu les effets escomptés, le corps bouge et respire encore. Tous ceux qui contestaient l’usage, pourtant pertinent, de cette expression ne pourront donc, s’ils sont logiques avec eux mêmes, que se féliciter du maintien de François Fillon dans la course à l’élection : l’homme politique n’est pas abattu, il demeure en tant qu’acteur dans le paysage politique. Tout le monde devrait être satisfait, d’assassinat politique, il n’y a eu que tentative.

François Fillon reste et une page est tournée. Désormais les choses seront claires : il y aura ceux qui parleront projets, programmes et avenir pour la France et les français et il y aura les nostalgiques qui continueront à parler de l’affaire Fillon. Ils traiteront de fou obstiné cet homme qui s’est dressé contre les dictats du microcosme médiatique. Ces féroces bigots de la novlangue et de la morale à géométrie variable, en persévérant à placer cette affaire au cœur de la campagne électorale, auront fait le choix de ne pas laisser la justice faire son travail et de se désintéresser de l’avenir du pays.

François Fillon reste et il redevient un candidat parmi les autres candidats. Dès demain, le candidat de la droite va devoir exposer et défendre son programme, proposer son point de vue sur les réformes nécessaires et les modalités de leur mise en œuvre. Dès demain, François Fillon devra s’assurer de ceux qui l’accompagneront dans la bataille électorale. Rien ne serait plus suicidaire pour la droite que de s’opposer à François Fillon car une telle opposition aurait aux yeux des Français l’apparence d’une trahison au moment même où la solidarité entre les membres d’une famille est nécessaire et naturelle.

Demain, en tant que citoyen, je veux connaître les diagnostics des candidats à l’élection sur les maux qui entravent notre développement et nuisent au pays. Demain, je veux me focaliser sur ce que proposent les candidats pour la France. Je veux les entendre sur les aspects les plus novateurs et audacieux de leurs propositions. Je veux des explications sur la faisabilité des mesures proposées. En tant qu’électeur, je ne veux plus entendre parler de l’affaire Fillon car je veux que la justice fasse son travail en toute sérénité, loin des pressions médiatiques et loin des humeurs des uns et des autres. En tant qu’électeur, je ne veux plus être privé du débat sur notre avenir.

Pour autant, François Fillon sera-t-il un candidat comme les autres ? Assurément non car à la différencedf6 des autres candidats et des autres hommes politiques aux turpitudes bien plus graves, François Fillon est désormais une sorte de miraculé, une sorte de résistant qui s’est battu contre des moulins. A la différence du roman médiéval de Cervantes, l’histoire de François Fillon candidat sera celle d’une victoire contre ces moulins. Un tel homme ne peut qu’inspirer la sympathie des Français. Un tel homme ne peut plus aborder la fonction présidentielle comme avant l’hallali. Quand on surmonte de tels évènements, quand on s’en remet aux Français, on doit être comme le héros de Cervantes : un homme hors norme. En 2017, un politique hors norme, est  celui qui proposera au pays des réformes radicales, originales et audacieuses dont le seul point commun sera de servir la France, les Français, notre culture et notre avenir.

Les soubresauts du mois de février 2017 ne devront pas pour autant être oubliés. Il ne s’agit pas de conserver la mémoire de ce qui s’est dit pour échafauder d’inutiles vengeances. Il faut au contraire se souvenir de la difficulté à pouvoir critiquer et la justice et les médias. Il faut se souvenir que le système permettant aux parlementaires d’exercer leur mandat doit être modifié pour plus de transparence. Il faut se souvenir que notre démocratie a été remise en question par ce tumulte car peut-on parler de démocratie s’il n’est plus possible d’en critiquer le fonctionnement et les institutions ? Incontestablement, à l’agenda des réformes doit être inscrit la réflexion sur l’état de notre démocratie. Faire entrer la France dans le XXI siècle, c’est lui donner des institutions modernes et former des citoyens indépendants et critiques. Il est urgent que les français apprennent à débattre entre eux sans s’opposer frontalement. Débattre, c’est argumenter, contre argumenter, illustrer ses propos et savoir les mettre en balance. Il va falloir non pas construire des murs mais abattre ceux qui se sont édifiés entre nous : les incompréhensions tombent dès que l’on s’écoute et se parle. Les événements de février 2017 doivent rester pour le peuple français un signal d’alarme sur la dégradation de notre démocratie. Nous ne pouvons qu’espérer que le projet de François Fillon sera notamment celui de renouveler les termes de notre vivre ensemble.

Il convient de faire place aux projets, aux débats, aux idées et chapeau bas à François Fillon pour avoir, contre vents et marées, maintenu son rendez vous avec les Français.

Régis DESMARAIS

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « François Fillon résiste et replace la France au centre du débat »

  1. Autant je suis d’accord de saluer ceux qui luttent à raison contre l’injustice dont ils sont parfois l’objet dans les médias. Autant renoncer à simplement comprendre que Monsieur Fillon a commis une faute grave, dont les preuves accablantes ont été rendu publique dès le début (proches de Fillon qui n’avaient jamais vu Madame Fillon, et Pénélope Fillon elle-même déclarant qu’elle n’avait jamais travaillé pour son mari…mais que vous faut-il d’autre comme preuve, nom d’une pipe ?) relève pour moi de l’aveuglement le plus total et d’une forme de radicalisation ou d’intégrisme qu’il est cocasse de relever chez des gens se targuant de l’adjectif « républicains ». En tant qu’électeur de gauche, je suis vraiment navré. Navré car monsieur Fillon me paraissait cohérent, intéressant, avec un programme certes radical d’un point de vue économique, mais dont je soutenais déjà à mon entourage la nécessité de le soutenir en cas de victoire, pour « voir ce que cela donnerait »…moi qui suis un fervent keynésien, surtout par ce temps de crise qui parait si insurmontable. Je suis navré car le débat politique est totalement occulté par cette affaire, mais la faute à qui ? A des journalistes mal intentionnés qui ont révélé cela à point nommé ? Ou bien peut-être aussi à cause d’un homme qui a fauté ? Le problème de toutes les défenses du candidat Fillon que je lis de part et d’autre, c’est qu’elles occultent ce point : quand bien même il est dégueulasse de sortir cette affaire maintenant, le principal responsable n’est autre que monsieur Fillon. En général elles l’occultent en prétextant que tout parlementaire a le droit d’utiliser ses fonds comme il le souhaite etc, or le problème ce n’est pas cela, mais bien l’emploi « fictif » de sa femme, et des multiples déclarations de proches ou de l’intéressée elle-même qui abondaient dans ce sens. L’autre problème, est maintenant la défense de François Fillon, qui non content de prendre en otage le débat républicain dont nous avons besoin, s’en prend également aux médias, à la justice et que sais-je d’autre encore. C’est à mon sens, une dénégation non seulement d’un moment fondamental de la démocratie, mais une dénégation de la démocratie elle-même. Réveillez-vous !

    J'aime

    1. Bonjour Monsieur et merci pour votre intervention.

      Je partage la plupart de vos observations. Néanmoins, et vous le devinez, je porte un regard différent sur le cœur de l’affaire.

      1°) La question essentielle, et la seule question du point du vue du droit, est celle de la réalité ou non de l’emploi de Mme Fillon. Beaucoup de personnes se fondent sur l’interview donnée il y a quelques années par Mme Fillon. Le problème, c’est le contexte de l’interview et la façon dont Mme Fillon appréhendait l’aide apportée à son époux. A l’époque, peut-être n’avait elle pas le sentiment de travailler pour son mari en l’aidant. Je remarque que dimanche dernier, dans le JDD, Mme Fillon a déclaré avoir travaillé pour son mari dès lors que répondre au téléphone ou gérer son agenda local était considéré comme un travail (et ce sont effectivement certaines tâches des assistants parlementaires). Certaines personnes déclarent ne pas avoir vu Mme Fillon travailler pour son mari mais ce dernier avait peut être tout simplement compartimenter les tâches en réservant peut-être une situation plus favorable à son épouse (mais là nous retombons sur des questions relevant plutôt de la morale). J’utilise le conditionnel car nous ne devons pas oublier la présomption d’innocence et c’est au juge nommé pour instruire ce dossier de faire son enquête et si possible dans la plus grande des sérénités.

      2°) Nous devons en tant que citoyen, et compte tenu du contexte et du calendrier de cette affaire, mettre en balance les fautes de M. Fillon avec l’enjeu de la présidentielle et mettre en balance ces fautes avec les autres fautes commises par d’autres hommes politiques. Cette mise en balance est évidemment exceptionnelle dans le sens où elle doit être menée en raison du calendrier politique que télescope cette affaire. Evidemment, la réponse donnée à ces mises en balance est personnelle. Pour ma part, et mon opinion ne vaut que pour moi même, je pense que les enjeux de cette présidentielle sont plus importants que la question de la sanction d’une éventuelle faute du candidat (l’emploi fictif n’est pas démontré et c’est pour cela qu’un juge est chargé d’instruire cette affaire). Pourquoi l’enjeu est essentiel ? Parce que la France va très mal et le monde qui l’entoure ne vaut guère mieux. Sans réformes et sans prise en compte des difficultés des Français, le chaos nous attend. Je ne crois pas, hélas, que les autres candidats donnés en tête des intentions de vote par les sondages pourront apporter les réponses dont la France a besoin. Je suis bien conscient de vous exposer mon point de vue de façon peu développée mais il faudrait un article pour expliquer sommairement pourquoi la France va mal et pourquoi le programme de M. Fillon parait être le moins inadapté aux besoins du pays. Enfin, je pense que l’élection de M. Macron coûtera à la France bien plus que le coût de l’éventuel emploi fictif de Mme Fillon. Je pense même que l’élection de M. Macron serait un suicide français et là je me suis exprimé plus en détails sur ce sujet dans un autre article.

      La justice est rendue au nom du peuple français. Le 23 avril prochain, les Français, en votant ou non pour M. Fillon, rendront cette justice directement après avoir fait ce travail de mise en balance.

      Enfin, à supposer l’emploi fictif réel, et seul le juge d’instruction nous le dira, il est fort remarquable qu’en 40 ans de carrière, ce serait la seule faute de M. Fillon alors que d’autres élus ont notoirement été condamnés pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, emplois fictifs ou fraude fiscale. Ces condamnations concernaient des sommes sans aucun rapport avec celles qui résulteraient de l’emploi éventuellement fictif de Mme Fillon.

      Pour toutes ces raisons, et après avoir mis en balance la faute éventuelle de M. Fillon avec l’enjeu de cette élection pour notre pays, je considère que M. Fillon a le droit de rester candidat et d’offrir aux français la possibilité d’un choix qu’ils n’auraient plus en l’absence de M. Fillon dans la course à l’élection.

      Bien à vous.

      J'aime

  2. J ai créé mon entreprise de mécanique tolerie en 1968 cédée à mon second en 1998 avec 25 employés je connais assez bien les avantages et les difficultés du « métier « pour parler objectivement du programme de Mr FILLON en laissant à d autres ce qui reste à démontrer concernant l emploi DE son épouse la mienne (ma femme) depuis 1955 m accompagne dans mon parcours sans avoir eu la moindre » intervention » dans ma société Je lui dois une très grande part dans la réussite mais aussi dans sa présence à mes côtés dans mes échecs.j imagine le rôle de Mme FILLON tout au long de sa carrière quelle que fut et soit encore son action auprès de son mari? Le foncionnement du couple échappe semble y il à tous les « censeurs »qui s improvisent juges pour se donner bonne conscience. Ce n est que mon point de vue qui méritait d être porté à La connaissance de l opinion un peu à La « dérive « elle même s agissant du rôle possible de l un et de l autre dans un couple? Ce n est (encore une fois) que mon avis il n est pas interdit d y réfléchir avant de juger.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s