En quelques clics, demain le chaos ?

Il est toujours intéressant de s’amuser à regarder les titres mis en avant par un moteur de recherche concernant l’actualité du moment. En choisissant Yahoo/Actualité, le 9 mars 2017 à 18h47 j’ai pu lire que :

-le président Hollande serait le champion toute catégorie de l’emploi fictif et devrait vivre avec une retraite mensuelle de 30 000 euros ;

Nicolas Sarkozy aurait dit de François Fillon que ce dernier leur met un flingue sur la tempe ;

Laeticia Halliday apporte un soutien sans faille à Johnny Halliday ;

Alain Juppé est sans pitié avec Fillon et son camp ;

Kate Middleton doit désormais se passer des services de Rebecca Deacon, sa secrétaire particulière après dix ans de bons et loyaux services ; 

Sylvie Le Bihan : la femme du chef Pierre Gagnaire se confie sur le viol collectif qu’elle a subi à 16 ans ;

Frédéric Beigbeder déménage et quitte Paris !

Loana risque de garder pour toujours les séquelles des coups d’un de ses ex, qui lui a gravement blessé l’orbite au cours d’une dispute.

Sans surprise, on trouve des informations politiques (Juppé, Fillon, Hollande, Sarkozy), des informations à la fois sordides et dramatiques pour les personnes concernées  (Sylvie Le Bihan, Loana) et des nouvelles sans grand intérêt pour la collectivité (Halliday, Kate Middleton et Frédéric Beigbeder).

La pêche est maigre et banale mais elle correspond à notre époque. Pas de grandes choses, pas de profondeur, pas de transcendance.

Les informations politiques, évidemment n’abordent pas des contenus de programmes, ne citent aucune idée géniale qui révolutionnerait notre quotidien et préparerait un avenir rassurant. On reste dans de l’anecdotique, certes agaçant (le montant de la retraite de Hollande), mais toujours au ras des pâquerettes pour reprendre une vieille formule (Juppé et Sarkozy nous offrent un mauvais western). La récente affaire Fillon nous a montré à quel point l’emballement de la presse conduit à dire une chose et son contraire, à revendiquer pour un homme une morale et une droiture que l’on revendique moins, voire pas du tout, pour d’autres. Beaucoup de bruits pour au final pas grand-chose.

Déçu par l’inanité des actualités de Yahoo, je me suis précipité sur l’un des réseaux sociaux où un grand nombre de français trouvent asile pour quitter leur morne quotidien. Cette terre d’asile est-elle pour autant réconfortante ? Pas toujours. A peine arrivé sur ma page Facebook,  que les publications de Jean-Claude Bourret envahissent mon écran. Jean-Claude Bourret vous vous en souvenez ? Oui, oui, le présentateur du 20 heures de la Une, le chasseur d’OVNI et le défendeur de la défunte 5. Voilà, pour les plus anciens, vous vous souvenez maintenant. Et oui, j’ai un jour « liké » sa page Facebook, et depuis, je reçois ses publications. Soyons clair : Jean-Claude est un internaute prolifique. Il relaye, publie, commente de façon incessante l’actualité française et du monde. Soyons honnête, ses publications sont toujours très intéressantes, impertinentes au regard des médias et présentent l’intérêt de donner à voir différemment l’actualité et les agitations du monde. Hélas pour moi, en ce 9 mars 2017, Jean-Claude a publié d’étranges informations anxiogènes : « un site US d’équipement militaire et civil prévoit…une diminution considérable de la population civile… Les USA passeraient dans les huit ans, de 320 millions d’habitants à…moins de 70…! ».  La France perdrait 20 millions d’habitant et l’Allemagne plus de 40 millions. Selon le journaliste, seule une guerre nucléaire et/ou bactériologique peut expliquer de telles prévisions, réalisées par des professionnels…. Mince…Cela vaut-il la peine de se déchirer pour la présidentielle qui arrive si nous sommes si proches d’une catastrophe humaine aussi radicale dans ses effets d’éradication des populations ?

Pour achever de nous atterrer, Jean-Claude Bourret nous informe que Pankaj Mishra, écrivain indien, nous annoncerait, rien de moins, que la fin de notre civilisation…. Pour ce penseur Indien « de bonne réputation intellectuelle, ce sont les riches, qui, continuant d’engrosser leurs fortunes au détriment des peuples, provoquent une énorme frustration mondiale, dont l’accumulation risque d’exploser en bombe nucléaire sociale »… La presse anglophone commenterait abondamment ce livre  où l’auteur présente une vision pessimiste du monde, dans laquelle le populisme et l’extrémisme religieux découlent d’un même mal : la frustration des laissés-pour-compte de la modernité. Le chaos nous est annoncé pour bientôt.

Drôle d’époque où les horizons semblent se tendre de voiles noires auréolés de sang. Une forme de peste moyenâgeuse se répend et consume nos forces, notre raison et notre espérance en un avenir meilleur. Cette peste est l’idée sans cesse répétée d’une fin prochaine de notre monde. Le dérèglement climatique, les pollutions diverses, la destruction accélérée de la faune et de la flore,  l’apparition de nouvelles maladies, la surpopulation planétaire, les risques technologiques, la folie guerrière de certains Etats, la prolifération d’armes de destruction, l’expansion du terrorisme, la perte des valeurs, du respect de la vie humaine, la folie qui s’empare des hommes lesquels basculent dans la violence pour un rien, la décomposition de la nation, du vivre ensemble, la déliquescence des élites, y compris des élites politiques, les effets destructeurs d’une logique économique basée sur la surexploitation de la moindre ressource, une répartition des richesses qui n’a jamais été aussi inégalitaire dans l’histoire humaine avec l’émergence de fortunes personnelles supérieures à celles de nombreux Etats…. La liste est longue, harassante à écrire et pourtant elle n’est pas exhaustive.  

Une prise minimale de recul par rapport à l’agitation de la campagne électorale française et à l’incessante succession des brèves sur les réseaux sociaux nous amène à réfléchir et à nous dire qu’il serait quand même temps de frapper un grand coup de poing sur la table. On ne peut plus continuer comme si de rien n’était.

Notre monde est entré dans une période incertaine et cruciale car les choix qui seront fait en matière politique auront assurément des incidences sur les générations futures à supposer que ces générations voient le jour. Choix de politique française mais aussi et surtout choix politiques au niveau européen et au niveau international.

Plus que jamais, il devient urgent d’échapper à l’indolence. Il faut se réveiller, se rassembler et agir. Plus que jamais, les électeurs doivent placer de vrais hommes d’Etat sur le devant de la scène. Par homme d’Etat, j’entends celui qui ne se satisfera pas d’alliances de circonstance, d’arrangements entre courants politiques pour obtenir un semblant de marge de manœuvre une fois aux affaires. Il faut briser la langue de bois, bannir les vieilles combines. Plus que jamais, la France et le monde ont besoin d’hommes politiques dont l’horizon sera la survie des hommes et non la réélection ou la flatterie du narcissisme du microcosme politique.

Le courage et l’audace devront être les moteurs de ces hommes d’Etat tant attendus. Fondés ou pas, les malheurs qui nous sont promis prennent racine dans des maux bien réels. Parmi ces maux, il y a les conséquences dramatiques d’une société où la finance a pris le pas sur l’humain, les ratios sur l’homme. Incontestablement les paradigmes qui sous-tendent le fonctionnement de la sphère économique sont des échecs en matière de développement et de préservation des conditions de survie ,à long terme, de l’espèce humaine.

La catastrophe est déjà tant amorcée que l’évocation d’une sixième extinction des espèces est évoquée comme allant de soi. Rien n’est pire que de constater que la banalisation de l’évidence d’une destruction du vivant est si communément admise. Il y a une sorte de fatale impuissance dans la bouche de nombreux scientifiques et intellectuels. Pire, une forme d’acquiescement à la disparition de l’homme d’aujourd’hui semble acquise et attendue dans l’avènement du post-humanisme. L’impuissance ne sera réelle que si les peuples renoncent à prendre en main leur destin et continuent à déléguer leur avenir à des décideurs sans compétence et sans compréhension des enjeux. Lors des prochains débats politiques, nous devrons être exigeants sur les engagements et les propositions que feront les candidats à la présidence mais aussi sur leur degré de lucidité face aux transformations en cours de la société.

Peuple, ta vigilance  et ton exigence sont requises ! Il y va de notre survie collective. Si tout reste en l’état et rien ne change vraiment, alors demain sera le chaos annoncé.

Régis DESMARAIS

Publicités

2 réflexions au sujet de « En quelques clics, demain le chaos ? »

  1. Question:Les « citoyens » en 2017 après 50 ans de conditionnement (media + educ nat etc..)veulent ils,ont ils conscience de ce qu ils représentent collectivement et ont ils la capacité de reflexion suffisante pour faire bouger les lignes? Permettez moi de douter sérieusement de cela et çà n’incite pas à l optimisime mais je serai heureux de me tromper….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s