François FILLON en tête pour le premier tour

FILTERIS vient de rendre public sa dernière mesure du poids numérique des candidats à l’élection présidentielle française. Rappelons que cet institut utilise une méthode originale « dans l’analyse du buzz généré sur le Web et les médias sociaux, à l’égard de candidats, dans des contextes électoraux. La méthodologie développée par FILTERIS a en effet permis de constater une importante corrélation entre la visibilité d’un parti et/ou d’un candidat sur le Web et son résultat lors d’un scrutin». On parlera donc de poids numérique des candidats et non d’intentions de vote au sens classique.

De fait, les chiffres publiés par FILTERIS sont à étudier avec attention mais, comme toute autre analyse des intentions de vote ou de la popularité de tel ou tel candidat, il ne faut pas considérer les chiffres produits comme l’oracle d’une pythie qui transmettrait aux hommes les secrets des Dieux. Je fais cette mise en garde, d’une part, parce qu’il faut toujours prendre avec prudence les analyses des intentions des électeurs, et d’autre part, parce que FILTERIS commence à être présentée dans la presse comme la société canadienne préférée des fillonistes. Les résultats données par FILTERIS justifient cette préférence des fillonistes et l’ire de celles et ceux qui veulent chasser le candidat Fillon de la scène politique.

Les derniers résultats du 13 mars 2017, associés aux prévisions précédentes, permettent de constater que :

-M. Fillon prend la tête du trio de tête,

– le couple Mélenchon/Hamon se sépare au profit de M. Hamon

– Les petits candidats reprennent de l’intérêt pour les électeurs.

Benoit Hamon a enfin réussi à se séparer de M. Mélenchon. Désormais, ce dernier plonge pour atteindre 10,57% de poids numérique.  Les ralliements annoncés de certains poids lourds du parti socialiste en faveur de M. Macron ne devraient pas favoriser une remontée du candidat socialiste.

Concernant le trio de tête, Mme Le Pen, bénéficie toujours d’une augmentation de popularité mais une augmentation moins forte que celle de M. Fillon lequel prend la tête du trio avec 24,27% de poids numérique. Emmanuel Macron, en dépit de l’incessant matraquage en sa faveur « décroche » (21,41% de poids numérique) et se rapproche de son score du 17 janvier 2017.

Le fait remarquable est la très nette remontée de M. Fillon depuis début mars. Ce constat était déjà fait lors de la dernière analyse des résultats FILTERIS. Incontestablement les électeurs semblent résister aux multiples tentatives d’affaiblir le candidat et d’occulter son programme. Cette tendance devrait se poursuivre tant les pourfendeurs de M. Fillon se décrédibilisent dans la surenchère du mauvais goût : on parle maintenant de ses costumes, demain peut-être de ses cravates ou de ses slips et très surement, M. Fillon sera mis en examen le 15 mars prochain, pour parachever son « assassinat politique ». La formule est si vraie que son utilisation, en dévoilant aux yeux de tous ce qui est fait, met mal à l’aise ceux qui veulent se débarrasser du candidat de la droite par une méthode si peu reluisante et si contraire à leur idéaux.

Les intentions de vote en faveur des petits candidats après avoir affichée une diminution retrouvent une certaine vigueur  (6,45% de poids numérique).

A ce jour, on peut donc constater deux choses :

1°) M. Fillon confirme son socle de votants stable et durable. En dépit de l’affaire, il n’est jamais descendu en dessous de 20% de poids numérique.

 2°) M. Macron semble moins convaincre. Il est vrai, quand le candidat affirme préparer pour la France un Gouvernement de gauche, du centre et de droite, tous les électeurs ont compris qu’il ne se passera rien de bien important pour le pays avec une gouvernance fondée sur le consensus mou de la cohabitation des contraires. La chute de M. Macron semble se confirmer pour un avenir proche. D’ores et déjà, le candidat de « l’alternance » amorce sa descente dans les faveurs des français.

J’invite évidemment les lecteurs à se replonger dans mon article « Le vote Emmanuel Macron, un suicide français annoncé » pour bien comprendre le mirage que représente la candidature de M. Macron pour un projet qui se voudrait d’alternance et réformiste.

François Fillon reste l’alternative crédible au risque présenté par Mme Le Pen.

Régis DESMARAIS

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s