François Hollande en marche pour Macron et en roue libre

Dans les médias se propage une information incroyable selon laquelle François Hollande se prononcerait incessamment sous peu en faveur de M. Macron. Cette information, si elle se vérifiait, serait l’aboutissement de la révélation du vrai visage de M. Hollande : un cynique sans respect pour sa fonction, les Français, son pays et son ancien camp politique.

Je me souviens de la première fois que j’ai vu François Hollande. Ce fut bref et impromptu mais oh combien marquant. Je m’apprêtais à traverser le boulevard Saint-Germain quand une sorte de monospace noire est arrivé en provenance de la rue de Solférino et est passé devant moi, à vitesse réduite en raison de la circulation. François Hollande, alors premier secrétaire du parti socialiste, était assis à l’arrière. Je me souviens de son visage et plus particulièrement de son regard car il y avait dans ce regard un mélange d’arrogance et de profond mépris pour ceux qui se trouvaient dans la rue. Cette impression, plus que les détails précis de cette scène, est restée gravée dans ma mémoire.

Plusieurs années après, les révélations du mépris de François Hollande pour les pauvres (les fameux sans-dents), pour les magistrats (des lâches), des footballeurs (sans valeurs), du droit et de l’abolition de la peine de mort (il aurait ordonné quatre exécutions ciblées), du parti socialiste (Il faut un acte de liquidation. Il faut un hara-kiri» pour le PS selon Hollande) ne m’ont pas surpris.

A la veille du premier tour de l’élection présidentielle, le président « normal » ou plutôt le président « anormal » est accusé par le candidat officiel de son ancien parti politique de pousser les socialistes à rejoindre Emmanuel Macron. Une telle démarche est évidemment d’un effroyable mépris pour ce parti, ses adhérents, les militants et tous ceux qui votent socialiste. Emmanuel Macron avait déclaré que François Hollande était un sociopathe, un individu incapable d’empathie pour les autres. Cela semble se vérifier.

Et voilà, que le président sans empathie se préparerait à se prononcer en faveur de M. Macron. Que M. Hollande penche en faveur de M. Macron ce n’est pas une surprise : dans le droit fil des GRACQUES, François Hollande veut l’émergence d’un parti « progressiste », pour y recycler tous les discrédités du pouvoir en place,  et une présidence assurée par la créature de ce think tank.

Le problème est que cette préférence soit affichée en public au risque d’influencer le vote. François Hollande n’est pas uniquement cette anomalie sélectionnée par l’ENA (comment peut-on sélectionner une personne à ce point dénuée d’empathie pour les autres, qui prétend se mettre au service des autres et qui s’exprime avec une syntaxe d’enfant ?), il est encore le Président de la République et à ce titre le président de tous les Français. Indiquer sa préférence pour Emmanuel Macron ou pire, inviter à voter pour ce dernier, revient à ne plus être le président de tous les Français et à faire preuve d’un profond dédain, si ce n’est encore mépris, pour ceux qui ne voteront pas Emmanuel Macron. Un président qui ne reste pas neutre dans une élection destinée à choisir son successeur est un président qui ignore les devoirs de la fonction présidentielle.

Pour toutes ces raisons, il est impossible que la rumeur qui se propage dans les médias soit vraie car si cela était, ce serait une indignité à inscrire au CV de ce président et un mépris effroyable pour les institutions, pour les Français, pour la France et pour la République. Si cela était vrai, toute la polémique sur le prétendu cabinet noir de M. Hollande prendrait un aspect nouveau car ce cabinet correspondrait en tout point avec la conception que se fait François Hollande de sa fonction.

Le portrait que nous donne François Hollande de lui-même pourrait nous inciter à voir dans cette attitude du président envers M. Macron et M. Hamon, l’expression d’une forme de perversité joueuse et délibérée. Pour un candidat qui essaye de faire croire qu’il propose une alternance, les confidences de François Hollande sur ses préférences tombent mal. Emmanuel Macron a vite réagi pour balayer d’un revers de main les propos du président sortant, peu en phase avec la stratégie illusionniste destinée à faire croire au changement avec les mêmes individus.  Pour Benoît Hamon le coup est plus rude et les propos présidentiels dispersés dans les médias ne peuvent que ressembler à des aiguilles plantées dans une candidature socialiste non souhaitée.

Cette élection présidentielle restera une élection charnière. Incontestablement, il y aura  un avant et un après élection. Plus le temps passe et plus les agissements de François Hollande ternissent la fonction présidentielle et la République. Vivement mai 2017 !

Régis DESMARAIS

Publicités

Une réflexion au sujet de « François Hollande en marche pour Macron et en roue libre »

  1. Ce triste personnage merite la cours de justice de la republique pour FORFAITURE. La totalite de son mandat en est une preuve (une espece de « controle continu » des ses avanies).
    Cela permettrait peut etre,s il etait jugé coupable,de ne point lui octroyer les émoluments et avantages de son ancienne fonction…(une façon de rembourser ses frais de coiffure et de kerozene des avions de la republique qu il aura beaucoup utilisés).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s