Un duel Fillon/Le Pen ou une surprise, tout est (encore) possible !

Les dernières données FILTERIS donnent pour le trio de tête des candidats l’ordre suivant : François Fillon (22,09%), Marine Le Pen (21,75%) puis Jean-Luc Mélenchon (21,11%). Les écarts sont très faibles entre les candidats (0,98 point entre M. Fillon et M. Mélenchon), et particulièrement entre François Fillon et Marine Le Pen (0,34 points).

Le candidat du vide, Emmanuel Macron, qui aurait le sens de l’Etat selon Dominique de Villepin (peut on parler de sens de l’Etat en prônant une économie totalement dérégulée et un alignement atlantiste  absolu) arrive en quatrième position (19,92%) sans être très loin des membres du trio de tête (1,19 point le sépare de M. Mélenchon).


Soyons clair, la seule lecture de ces résultats ne permet pas d’affirmer que tel ou tel candidat au sein des quatre de tête sera ou non présent au second tour. Assurément, les deux finalistes de l’élection présidentielle se trouvent dans les quatre candidats de tête mais les écarts sont trop faibles entre les candidats pour que deux d’entre eux puissent se  prévaloir d’un avantage déterminant. Le pire que semble annoncer les sondages « big data » serait un duel Marine Le Pen/Jean-Luc Mélenchon dès lors que beaucoup d’électeurs de gauche délaisseraient Benoît Hamon pour M. Mélenchon ou M. Macron (même si ce dernier n’a rien à voir avec la gauche).


Il faut donc se fier aux tendances révélées par FILTERIS depuis plusieurs jours. On remarque la montée de M. Mélenchon et la baisse marquée de M. Macron qui plafonne autour de 20% de poids numérique. Si François Fillon conserve son socle plancher de 20% de poids numérique, le candidat de la droite présente un trend de décroissance quasi constant de son poids numérique. Si François Fillon est en tête des candidats, sa situation est due à la baisse de Mme Le Pen et de M. Macron. Les électeurs de François Fillon doivent donc faire preuve d’une mobilisation forte le 23 avril 2017 pour assurer à leur candidat une place au second tour de l’élection présidentielle.

Nous observons dans la presse une singulière polémique sur la prétendue remarque sexiste de François Fillon à l’adresse de Léa Salamé. Cet ultime brassage de bêtise révèle encore le degré de déliquescence de notre société. Ainsi, faire allusion à la maternité d’une femme serait une remarque sexiste. C’est bien de notre époque où le « no-gender », en ventant l’affranchissement des sexes comme modèle de civilisation, rend forcément sexiste toute remarque qui repose sur l’appréciation ou le constat d’un fait rattaché à un genre particulier. Ce nième avatar de polémique rend ridicule le procès fait à François Fillon lequel n’aurait plus le droit de dire à une journaliste que sa question a déjà donné lieu à de multiples réponses et précisions et que peut-être, si cette journaliste ne savait que le sujet était éculé, cela était sans doute en lien avec son absence pour une cause noble…. Le monde journalistique n’apprécie pas d’être remis à sa place. Cette polémique sans fondement devrait pouvoir attirer vers François Fillon des électeurs encore indécis et stupéfaits de voir que dans notre société, décidemment très américanisée, on ne peut quasiment plus parler sans être taxé des pires maux.

Mme le Pen s’éloigne lentement de la barre des 23% et désormais n’est séparée de M. Mélenchon que de 0,64 point. La présence de Mme Le Pen au second tour de l’élection présidentielle n’est plus un paramètre acquis. Il s’agit sans doute de la plus grande surprise de ces données FILTERIS et ce serait la surprise de cette élection si Mme Le Pen ne franchissait pas la barrière du 1er tour.

Benoit Hamon semble définitivement s’installer sous la barre des 8%. Il affiche aujourd’hui un poids numérique de 7,04% inférieur au poids numérique cumulé des petits candidats (8,09%). Lors de sa prestation dans l’émission politique du 20 avril sur France 2, le candidat socialiste, qui portait ses lunettes de façon continue et ne cherchait plus à contrôler son image, semblait avoir pris acte de sa défaite électorale. Une défaite à un score si bas, voire plus bas (sans doute aux alentours de 5%) serait un camouflet pour le parti socialiste car la déconfiture de M. Hamon serait le résultat des multiples trahisons subies par le candidat socialiste et aussi la conséquence du bilan catastrophique de François Hollande.

Le 23 avril sera donc un 1er tour de l’élection présidentielle où tout peut arriver et où rien n’est acquis quel que soit le candidat retenu. Le niveau des abstentionnistes ou le nombre de bulletins blancs aura un impact déterminant dans les résultats de cette présidentielle vraiment pas comme les autres.

Régis DESMARAIS

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un duel Fillon/Le Pen ou une surprise, tout est (encore) possible ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s