François Fillon hors-champ politique mais pas les Français

A compter du 4 février 2017, j’ai décidé de défendre le principe de présomption d’innocence et de me rappeler que la justice est rendue par les juges et non par les vociférateurs. La défense de ce principe, comme des principes à valeur constitutionnelle ou de tous les grands principes fondamentaux des lois de la République est le propre d’un démocrate.

Dès le 4 octobre 2017, j’avais indiqué que tout ce « remu ménage médiatique » avait pour objet d’assassiner politiquement François Fillon et de placer Emmanuel Macron face à Marine Le Pen au second tour de l’élection. Tout s’est passé comme prévu. François Fillon est expulsé de la scène politique et a perdu toute légitimité ; M. Macron sera le prochain président de la République.

A ce jour, une nouvelle férocité oppose ou indispose les Français : il y a ceux qui veulent user de leur droit de vote comme ils l’entendent et ceux qui hurlent au danger et n’hésitent pas à faire de curieux amalgames en comparant la situation d’aujourd’hui avec celle qui existait il y a plus de 70 ans dans notre pays. Que M. Macron ait bénéficié de toutes les initiatives médiatiques pour succéder à François Hollande est une chose mais que ceux qui ont imposé ce candidat aient la volonté de le voir élu de façon plébiscitaire est incroyable.

Mais l’incroyable est sans limite dans ce pays. On nous parle des qualités de M. Macron mais l’un de ses plus fidèles supporters n’a pas hésité à dire ce qu’il pensait de lui : « c’est du vide« . Pourquoi imposer aux électeurs de glisser dans l’urne un bulletin choisissant le vide si ce n’est avouer que l’on choisit un mirage derrière lequel se cachent les tireurs de ficelle ? Cela ressemble à une forme élaborée de dictature car porter au pouvoir des inconnus est tout sauf démocratique. Les mêmes personnes, qui hier s’accrochaient aux sondages lesquels donnaient vainqueur M. Macron, ont subitement plus aucune confiance en ces sondages qui donnent M. Macron vainqueur de Mme Le Pen avec un score de 61%. Pourquoi une telle hargne à vilipender ceux qui veulent voter blanc ou s’abstenir alors que les sondages, hier adulés, annoncent une écrasante victoire de M. Macron ? En d’autres termes, pourquoi vouloir un plébiscite de M. Macron  avec un score à la Chirac cuvée 2002 ? Peut-être que l’intention est autre. Peut-être que certaines personnes dans ce pays ont bien perçu que les discours ostracisant ceux qui ne se soumettent plus aux injonctions perdent de leur écho. Peut-être sont-ils convaincus que ressusciter les Waffen SS pour faire peur aux Français ça ne marche plus. Alors la solution est la : faire croire aux Français qu’une élection de M. Macron avec 60% de voix, voire moins, est une élection qui nous montrerait à quel point il faut encore se mobiliser contre le fascisme supposé de l’adversaire. En un mot, il s’agit de réactiver l’arme de la peur.

Cette arme de la peur est terriblement efficace car elle nous permet de décrire tous les prochains scrutins présidentielles :

1er acte : on démolit la réputation du candidat favori des sondages avant le premier tour (dès lors que ce candidat n’est pas celui voulu par ceux qui préfèrent le vide au plein).

2ème acte : on fait en sorte que le représentant du FN soit présent au second tour contre le candidat labellisé « vide ».

3ème acte : on ressuscite les nazis et autres Waffen SS  et on obtient une élection plébiscitaire pour un candidat du « vide » que personne ne voulait à l’exception de gens très intéressés. Avec ce mode opératoire, on en a pour plusieurs décennies de reproduction de l’élection 2017.

François Fillon est donc mis hors jeu politique et il est le premier d’une longue liste à subir ce sort. Cela ne veut pas dire que M. Fillon n’était pas irréprochable. Par ces comportements, il a offert un formidable talon d’Achille aux supporters du vide. Mais ce talon d’Achille n’est pas une prérogative de l’ancien candidat de la droite. Il n’est donc pas nécessaire de le « sulfater » ou de régler des comptes. Fillon ou un autre, le processus d’expulsion de la scène politique aurait été le même. Seules les conditions de mise en œuvre de ce processus auraient  été différentes : plus agressives ou moins agressives, plus subtiles ou moins subtiles selon la surface de ce talon d’Achille… De fait, Mme Morano et tous ceux qui croient naïvement que la faute exclusive de l’échec de la droite est imputable à François Fillon font preuve d’une incroyable cécité politique et sociétale.

Il faut donc songer au quinquennat à venir, aux réponses qui devront être apportées à la souffrance du pays et à celle de nombreux Français. L’enjeu de cette réflexion est à la hauteur de la grave crise qui frappe le pays et plus généralement le monde. Cette crise est économique, financière, sociale, humaine, culturelle, identitaire, sociétale etc… Cette crise est systémique car elle contamine tous les rouages et tous les aspects de notre société. Autant le dire tout de suite, les enjeux sont énormes, les défis à relever sont importants et les attentes des Français sont immenses.

Il faut des réformes, des réformes réalisables . Ce désir de réformes est voulu par une majorité de Français. Ces réformes peuvent elles être pilotées par des individus qui considèrent que le sort des ouvriers de Whirlpool est une anecdote ? Surement pas car ces individus ont perdu leur humanité et sont désormais des excroissances de logiciel algorithmique dont l’objet est de maximiser les profits. Cette vision mortifère des civilisations est rejetée par les électeurs de la France Insoumise et aussi par de nombreux électeurs de l’ancien candidat de la droite et d’autres encore et notamment

François Fillon a été mis hors-champ politique pour des raisons étrangères à son projet politique mais les Français eux sont toujours bien présents et ils doivent faire preuve de maturité et d’indépendance en laissant les voix qui hurlent de nouveau s’égosiller en pure perte. Le renouveau sortira des urnes lors des élections législatives ! 

Enfin, je ne résiste pas à inviter les lecteurs à lire « Comment Macron m’a séduit puis trahi« , témoignage édifiant sur la personnalité d’Emmanuel Macron, personnalité assez incompatible avec la carrure d’un président de la République française. 

Régis DESMARAIS

Publicités

4 réflexions au sujet de « François Fillon hors-champ politique mais pas les Français »

  1. Une fois encore, vous nous livrez une analyse extrêmement fine de ce qui se passe sous nos yeux.
    Je pense que François Fillon n’est pas, comme vous l’évoquez, le premier à faire l’objet de manipulation judiciaire pour l’évincer de l’élection. Avant lui, Nicolas Sarkozy s’est vu mis en examen 13 fois par les mêmes acteurs en coulisse, …dont 12 ont abouti à un non-lieu (la dernière étant toujours en cours de jugement), mais bien sûr trop tard pour que les électeurs puissent en tenir compte. Ce qui a aboutit à la même ostracisation que pour François Fillon. Comparez leurs images de marques à la sortie de ces mêmes manipulations…
    En revanche, je pense que Macron va se planter, pour exactement les mêmes raisons que Hollande : ni l’un ni l’autre n’a annoncé à l’avance, comme le faisait François Fillon durant cette dernière campagne, le programme détaillé de son action pour redresser le pays. Macron a veillé a rester dans le flou, afin de ne heurter personne et d’apparaître comme un ectoplasme (au sens propre), forme indéterminée sur laquelle chacun, de droite et de gauche, a pu projeter ses fantasmes (économiques et sociétaux, bien entendu !). Mais lors de la mise en œuvre d’éventuelles réformes, il retrouvera dans la rue les mêmes qui sont descendus à l’occasion de la loi opportunément renommée « El Khomri » (alors qu’elle s’appelait initialement « Macron 2″…) et avec le même discours : « On ne t’a pas élu pour ça ! ».

    J'aime

    1. Bonjour, je pense effectivement que l’après élection présidentielle sera très difficile à gérer pour Emmanuel Macron. Toutefois, je pense que les législatives seront vraiment l’occasion pour les Français de choisir un Assemblée nationale sur la base d’un projet clair présenté et soutenu par une formation politique. Plus de personnalisation de l’élection, si ce n’est au niveau local, mais un projet de mandature qu’il faudra présenter au Français de façon précise. Il est tout à fait possible de neutraliser les résultats de cette élection présidentielle mais il va falloir non pas se déchirer mais s’unir et être présent sur le terrain…ce que je n’ai pas vraiment vu dans ma ville. Bien à vous !

      J'aime

      1. Mon épouse est candidate LR en juin et elle mesure toute la difficulté pour parvenir au succés compte tenu d une part de l élimination de F.Fillon et maintenant de l attitude suicidaire et intransigeante des « tetes » de gondole de ce parti.
        On ne peut pas prendre les electeurs pour des C… longtemps…
        En Tout cas ceux que je cotoies sont remontés et voteront MLP le 7 juin.!Car une majorite de droite sera à mon sens moins ardue à former avec des frontistes qu avec le salmigondis de centre gauche de MACRON;

        J'aime

  2. Le problème est qu il n y a pas à ce jour de consensus ni sur le programme ni celui qui dirigera cette campagne des législatives pour LR et surtout après avoir appelé à voter MACRON 1 mois avant!! dixit FENECH qui pour une fois ne dit pas que des C…
    En tout cas ces legislatives ne pourront etre gagnées si les « tetes » de LR persistent dans leur strategie suicidaire. (je suis bien plaçé pour en parler car mon epouse est candidate…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s