Résultat officiel pour une timide élection de M. Macron

Les Médias sont incorrigibles. Selon eux, Emmanuel Macron termine cette présidentielle par une large victoire. Les chiffres aussi sont incorrigibles : on leur fait dire ce que l’on veut alors que sous les apparences de la force, on trouve bien souvent de la faiblesse.

Macron est élu avec 66,10% des suffrages exprimés. C’est beaucoup mais cela ne veut pas dire grand-chose. Explication : vous pouvez être élu avec 75% des suffrages exprimés. C’est une victoire éclatante et même écrasante, oui mais… s’il n’y a que 8 suffrages exprimés sur 20 000 inscrits, vous n’êtes élu que par 6 personnes (6=75% de 8). L’exemple est caricatural mais il montre que, pour apprécier la légitimité d’un élu, il convient de voir quel pourcentage réel du corps électoral est représenté par cet élu et aussi le contexte de son élection.

Examinons le cas Macron :

Le nouveau et inattendu président français est élu avec 66,06% des suffrages exprimés. C’est bien en apparence (large comme dirait les médias), mais il faut en savoir un peu plus. En effet, ce score n’est pas flatteur pour l’ancien candidat de la gauche, du centre, de la droite : il y a eu un taux d’abstention de 25,44% et un taux de votes blancs ou nuls de 11,47% des votants.

Le nombre d’inscrits sur les listes électorales était de 47 581 118 électeurs…au premier tour. Pour le second tour de l’élection, le ministère de l’intérieur indiquait que le nombre des inscrits était de 47 448 929 électeurs à minuit puis de 47 568 588. Entre les deux tours, il y a eu une perte de 132 189 électeurs puis stabilisée à 12 530 électeurs. Pourquoi ces variations du nombre d’inscrits ? Aucune idée.

Un taux d’abstention de 25,44% signifie que « seuls » 35 467 172 électeurs se sont déplacés aux urnes. Un taux de vote blanc ou nul fixé à 11,47% signifie que « seuls » 31 397 916 électeurs se sont exprimés. M. Macron a été élu avec 66,10% des suffrages exprimés, donc avec 20 753 798 électeurs (66,10% de 31 397 916). Au regard du nombre d’inscrits, et donc d’électeurs potentiels, M. Macron ne représente que 43,63% des inscrits. C’est peu pour un homme qui a eu toute la presse avec lui, l’ancien président américain pour le soutenir, l’actuel président français qui, frappé d’amnésie et ne se souvenant plus qu’il était le président de tous les Français et donc astreint à un devoir de neutralité dans le contexte électoral, le soutenait tous les jours et qui a bénéficié de la menace fasciste brandie sous les nez des Français pour que ces derniers trouvent en M. Macron leur sauveur.

En 2017, M. Macron est élu avec un score légèrement inférieur à ceux de Valéry Giscard d’Estaing en 1974 ou de François Mitterrand en 1988 (43,8% des inscrits). Toutefois, pour François Mitterrand il n’y a eu que 18,9% d’inscrits qui ne se sont pas exprimés (abstention + votes blancs + votes nuls) tandis que pour M. Macron, il y a eu 33,90% d’inscrits qui ne se sont pas exprimés, c’est-à-dire 16 170 672 électeurs ! En 2017, ceux qui se sont détournés du second tour de l’élection présidentielle représentent largement plus de monde que les électeurs de Mme Le Pen dont le nombre de voix représentent  22,38% des inscrits, soit 10 644 118 électeurs. Ces chiffres sont clairs : il n’y a pas de danger Le Pen, fasciste ou autres Waffen SS embusqués. Dire qu’il y aurait un tel danger est de l’enfumage et une manipulation grossière des électeurs en réveillant des peurs qui n’ont aucun fondement réel. Le vrai et seul danger, ce sont les 16 170 672 électeurs qui ne se retrouvent plus dans ces élections et dans M. Macron. Cela est dangereux pour M. Macron à court terme (les législatives) et pour la démocratie à long terme.

Caractéristiques de l’élection présidentielle de 2017 :

Le second tour de l’élection présidentielle se singularise par l’importance des électeurs qui ont refusé de choisir un candidat : 33,90% des inscrits, c’est-à-dire 16 170 672 électeurs !

Le taux d’abstention de 25,44% est le plus important de tous les seconds tours de l’élection présidentielle depuis 1965. Le graphique ci-dessous illustre la variation du taux d’abstention au fil des seconds tours de l’élection présidentielle :

Le taux de vote blanc ou nul (8,56% des inscrits) explose en 2017. Le précédent pic de ces votes datait de 1995 avec 4,8% des inscrits. Le graphique ci-dessous illustre la variation de ce taux :

M. Macron est un candidat qui a éloigné un nombre important de Français de l’élection. Si 20 753 798 électeurs ont choisi Macron (dont un certain nombre pour faire barrage au FN), 26 814 790 (nombre d’inscrits – nombre de voix obtenues par Macron) ne voulaient pas de M. Macron et n’ont même pas réussi à voter pour lui afin de faire barrage au danger du Front national. Si on considère que les électeurs qui ont voté Macron au premier tour sont les vrais macronistes (8 656 346), alors 38 912 242 électeurs ne se reconnaissent pas en M. Macron ! Autant dire que les législatives risquent d’être une bérézina pour En Marche ! Il va donc falloir impressionner les Français et bien leur faire peur et les intimider pour les forcer à donner une majorité parlementaire à la très anémique majorité présidentielle. Le combat des législatives est donc capital pour l’avenir du pays ! Seule une cohabitation pourra sauver la France. Le 18 juin prochain sera-t-il de nouveau une date heureuse pour le pays ? Le pari mérite d’être fait !

Régis Desmarais

 

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Résultat officiel pour une timide élection de M. Macron »

  1. Merci M.DESMARAIS pour cette étude chiffrée qui recontextualise l’élection de M. MACRON, heureusement beaucoup d’observateurs, voire de journalistes, ont très vite intégré cet aspect des chiffres dans leurs analyses d’après scrutin, poussés il est vrai par les déclarations des politiques reconnaissant que ce chiffre de 66 % était en grande partie un vote de refus du vote LE PEN.
    Par contre pour les législatives l’imbroglio est total, le BIG-BANG ÉLECTORAL qui va suivre ne ressemblera en rien à l’après élection de CHIRAC face à LE PEN en 2002 (CHIRAC jouant avec une majorité à l’assemblée acquise à sa cause).
    Non cette fois ci, cela se complique la recomposition de l’assemblée va être le résultat d’une image en instantané d’un mouvement brownien (arrêt sur image au jour du 1er tour) du vote des électeurs fonction de critères locaux, de sensibilité, d’influences diverses liées aux médias, de statut social, de traditions etc … autant de paramètres rendant illisible la future élection. Nous ne sommes plus tout a fait dans la configuration d’un vote pour la Présidentielle, l’incertitude est totale.
    Bien entendu les MÉDIAS auront, plus encore dans ce cas, un rôle majeur à jouer, on peut leur faire confiance dans l’application d’une méthode qui a marché lors de la Présidentielle et dans la mise en place d’un processus aussi favorable à MACRON pour les législatives (surtout après le sondage qui tue juste après l’élection de MACRON, disant que 61% des électeurs ne souhaitaient pas qu’il ai une majorité à l’assemblée !!!)

    Cela va donc se compliquer pour les Républicains :

    1) Des médias acquis à la cause de MACRON
    2) ‘’ la République en Marche’’ !!! on renomme le mouvement En Marche ! et on aura ainsi des Républicains en Marche (pas mal pour des Républicains LR non avertis), nous voilà en pleine confusion, on voit le clin d’œil grossier et la finesse des stratèges de MACRON.
    3) Les nouvelles règles d’investitures pour En Marche changent !!! (voir les déclarations de R. FERRAND et DELEVOYE).
    4) Des investitures issues de la ‘’Diversité’’, et là on touche au cœur de l’électorat MACRON à travers une gestion des communautarismes dont on sait qu’elle lui a largement profité au 1er et 2em tour.(j’espère d’ailleurs que ce point sera grandement développer lors de la campagne, comme avait pu le mettre sur la table F.FILLON dans son programme)
    5) Et une explosion annoncée des LR/UDI au gré des ralliements à MACRON (LE MAIRE, ESTROSI, …)

    Nous n’avons plus le choix si nous voulons influer sur les décisions pour la France, celles qui doivent l’élever et la remettre sur des rails qui nous fassent espérer le meilleur pour demain, il faut se battre jusqu’au bout pour LES REPUBLICAINS LR, place à l’argumentation sur le terrain (FILLON n’est plus en cause), IL S’AGIT DE NOTRE PROJET.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s