En juin, remettre les pendules à l’heure !

La France est de nouveau en campagne électorale. Comme il se doit, les vieilles recettes, dès lors qu’elles ont fait leur preuve, sont de nouveau mobilisées en cuisine pour rassasier les électeurs. De nouveau, des sondages bienvenus nous disent que les Français vont donner une majorité à la « Team Macron ». Les citoyens avertis savent désormais décrypter le message : les sondages, et ceux qui les commandent et les diffusent, nous disent très clairement pour qui il faut voter ! C’est très clair, Français vous devez voter pour les candidats de la « République en marche » car vous devez donner une majorité parlementaire à M. Macron, et surtout, vous devez être cohérents avec le vote de la présidentielle. Par ailleurs, chers Français, il ne vous échappe pas que la majorité d’entre vous souhaite donner cette majorité au président sorti de presque nulle part. Vous ne pensez pas faire n’importe quoi et vous désolidariser de la nation en des temps si particulièrement cruels, anxiogènes et dangereux ?

Voici en quelques lignes, ou plutôt éléments de langage, le kit « manipulation des votes et des pensées » largement diffusé et utilisé depuis quelques temps. Pourquoi s’en priver ? Cela marche bien et c’est si pratique de conduire le troupeau la où on souhaite le voir paître.

Il faut donc rappeler aux Français que si trop d’individus méprisent la démocratie en essayant de faire croire que tout le monde veut du Macron dans toutes les pièces de la maison France, il nous reste les institutions et notre Constitution. A ce titre, le régime politique de la France repose sur un pouvoir exécutif  (Macron, Philippe and Co) et un pouvoir législatif (Assemblée Nationale et Sénat). Ces deux pouvoirs sont là pour se contenir et s’équilibrer. Vouloir à tout prix faire croire aux Français que le parti disposant du pouvoir exécutif doit aussi disposer du pouvoir législatif est une entourloupe indigne. Au contraire, il est bon que la majorité présidentielle et la majorité parlementaire ne soit pas détenues par le même parti dès lors que ce pouvoir présidentiel représente somme toute peu de Français et est le résultat d’un choix par défaut. Rappelons que M. Macron doit sa place Elyséenne à un nombre réduit de Français, à la conjoncture heureuse d’un assassinat politique de son plus dangereux opposant et à une confrontation avec l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle. En clair, si M. Macron a été élu ce n’est pas en raison d’une ferveur des Français à son égard et d’une adhésion du peuple à son programme. Les élections  législatives sont donc des élections (et les seules du quinquennat) susceptibles de refléter enfin ce que pensent et ce que souhaitent les Français pour le pays.

Le programme de M. Macron, et cela a été largement discuté, est un programme dangereux en bien des points pour le pays et pour les Français. Ce danger ne vient pas de la volonté de réformer le pays mais des choix des réformes envisagées. Pour M. Macron, la France doit entrer dans une ère de dérégulation et de souplesse maximum. Pour M. Macron, la fiscalité doit accentuer sa pression via la CSG, impôt injuste qui va même jusqu’à taxer des revenus non perçus. Pour M. Macron, le patrimoine est improductif et doit être taxé encore plus. Pour M. Macron, la politique étrangère de la France doit se calquer sur celle de l’allié américain et cette politique ne propose guère de solutions pour le moyen orient si meurtri dès lors notamment qu’elle épouse les lignes incritiquables de l’Etat fort de cette région qui préfère ériger des murs et ne pas construire de ponts avec ses voisins.

Alors des critiques fusent sur les modifications apportées par « Les Républicains » au programme soutenu par leur candidat à la présidentielle. Luc Ferry, l’une des voix les plus audibles de la droite française, s’offusque de ce revirement et de « la désolante reculade des Républicains sur le programme ». La critique est pertinente mais est-elle entièrement fondée au regard des circonstances politiques qui ont conduit « Les Républicains » à revoir le programme de François Fillon ?  La réponse est sans doute négative. Le choc de l’échec à la présidentielle et la violence des attaques contre le candidat de la droite mais aussi sur certains contenus de son programme (diminuer sur 5 ans les effectifs de la fonction publique de 500 000 agents, la réécriture de la loi Taubira sur le mariage pour tous, une économie de 100 milliards d’euros sur 5 ans sur les dépenses publiques, mettre fin aux 35 heures comme durée légale du travail, augmenter de la TVA de 2 points, de 20 à 22%, reculer l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans ou mettre en place la dégressivité des indemnités chômage et les plafonner à 75 %) aura été sans précédent dans une campagne électorale. Il est clair que « Les Républicains » ne pouvaient pas ignorer le fait que les Français n’ont pas choisi leur candidat et son programme même si ce choix a été extraordinairement influencé par les affaires. Il est tout aussi clair que « Les Républicains » ne pouvaient pas ignorer le fait que plus de 20% des suffrages exprimés au 1er tour de l’élection présidentielle se sont portés sur le programme de la droite. L’équation est donc complexe : il faut tenir compte des uns et des autres. Cela ne suffit pas. Il faut aussi tenir compte des besoins du pays et notre pays a un besoin urgent de se réformer en privilégiant ses intérêts. Alors, tout est question de mesure.

Le programme soutenu par François Baroin est-il à ce point indigne du programme soutenu par François Fillon ? Je ne le crois pas. Certes, il y a eu des revirements mais même avec ces revirements, le programme des « Républicains » privilégie les intérêts de la France et des Français alors que celui de M. Macron conduit à fondre la France dans un magma anglo-saxon et à défendre des intérêts qui ne sont pas forcément ceux du pays mais plutôt ceux de la finance. La situation est identique à celle  du second tour de l’élection présidentielle : entre deux maux, il faut choisir le moindre mal et dans ce cas, le choix est clairement en défaveur de la « République en marche » car, ne l’oublions pas, la « République en marche » fonce dans le mur. Et puis, il y a aussi un certain plaisir à remettre les pendules à l’heure. L’élection présidentielle s’est déroulée dans de très mauvaises conditions  et beaucoup de Français se sont sentis spoliés par le résultat de cette élection. Les élections législatives sont la dernière occasion du quinquennat pour redresser cette situation et afficher clairement ses choix pour le pays.

Tous les Français qui ne se reconnaissent pas dans les résultats de l’élection présidentielle doivent se saisir des élections législatives pour faire entendre leur voix. Après ce sera trop tard. Choisir une majorité parlementaire opposée à la majorité présidentielle est un choix démocratique, rendu possible par nos institutions et la preuve de la vitalité d’une démocratie qui retranscrit dans ses institutions la complexité de nos sociétés. Une chose est sûre et certaine, après les élections législatives, nous partons pour cinq années de gestion de la France par les majorités parlementaire et présidentielle. Ces deux majorités peuvent se confondre dans leur couleur ou pas mais, dans tous les cas, la légitimité du Parlement sera réelle et tout le monde devra retrousser ses manches pour faire avancer le pays !

En juin prochain, les électeurs qui ne se reconnaissent pas dans le projet politique soutenu par M. Macron doivent impérativement voter pour un candidat autre que celui de « la République en marche ». C’est la dernière occasion de s’exprimer de façon utile au cours de ce quinquennat. Contrairement aux sirènes des sondages, rien n’est joué et tout reste à faire pour le pays.

Régis DESMARAIS

Publicités

6 réflexions au sujet de « En juin, remettre les pendules à l’heure ! »

  1. La MEDIACRATIE Macroniste et ses apparatchiks ‘’sondeurs’’ préparent les esprits et modèlent les opinions pour les législatives, les premiers sondages sortent et donnent des chiffres en pourcentage comme si l’élection se faisait à la proportionnelle !!! , quand vont-ils expliquer que ce n’est pas le cas et que les résultats risquent d’être plus serrés que cela avec des triangulaires voire peu être des quadrangulaires qui rendront la vie un peu plus compliquée que cela aux bataillons MACARONISTES.
    Naturellement la vraie alternance attendue par les patriotes de droite ne sortira que d’une assemblée à fort contingent LR (MAJORITÉ pour la France).
    Il s’agit effectivement d’installer un pouvoir législatif dont découlera l’exécutif forçant ainsi l’orientation de la politique du pays pour les cinq prochaines années.
    Seule une participation faible favoriserai le vote MACARONISTE, alors il va falloir MOBILISER les Français pour qu’ils aient véritablement, EN CONSCIENCE, leur destin en main et qu’ils aillent voter pour que MACRON n’est pas durant cinq ans une majorité absolue et le PLEIN POUVOIR.

    J'aime

    1. Je partage votre avis. Il ne faut pas que les Français se laissent endormir par les chants infantilisant des médias. Et même plus, ils doivent récupérer lors de ces législatives ce qui leur a été subtilisé au cours de la présidentielle. Il est urgent de dénoncer cette politique du degré zéro de la pensée. Il est urgent de montrer une autre voix, un autre projet et une réelle volonté d’agir et de prendre en main le destin national. La meilleur façon de combattre le rouleau compresseur qui roule pour M. Macron est de se montrer fort, déterminé, à l’écoute des Français et avec un vrai projet de gouvernement. Occuper le terrain médiatique et le terrain du quotidien des Français est d’une urgence absolue. Le temps de la stupéfaction est passé, celui de l’action est venu. Bien à vous. RD.

      J'aime

      1. M. DESMARAIS ce que vous avancez est tout à fait juste, c’est le cœur du problème, car de tout ce qui ressort des commentaires politiques, des discours et interventions des uns et des autres, en un mot de cette campagne délétère c’est une vue très court terme de la politique et de ce qui se joue dans ce moment important de la vie de NOTRE PATRIE. C’est exactement la stratégie qu’a ‘’déroulé’’ MACRON pour gagner la Présidentielle, surfant sur l’accessoire, sur le superficiel afin de ‘’ PENSER PRINTEMPS’’, parlant le moins possible des points essentiels de ‘’son’’ projet (si il en a un, entre autre que de prendre les commandes de la France sous contrôle des INTÉRÊTS DU SYSTÈME …), où est LA PERSPECTIVE , le chemin a tracé pour la France ces 10 prochaines années pour qu’elle retrouve son rang, qu’elle ordonne sa politique intérieure (sécurité du territoire, économie, éducation, reforme de l’appareil d’état, concorde sociale et traitement des communautarismes , …).
        NON au lieu de tout cela nous restons bien médiocre, LA FRANCE mérite bien plus que ces zombies MACRONISTES dont on ne sait ce qu’ils veulent au juste.

        Et pendant ce temps sur le Terrain :
        Heureusement dans notre région et dans ma circonscription les équipes sont sur le terrain, il est vrai avec un petit avantage car il y a pléthores de candidats (17), 9 représentant la sensibilité de GAUCHE !!! (Compris FI et En Marche !), 4 pour Droite et divers droite, 2 indépendants, le FN et DLF. Le combat pour les LR devra se mener au 2eme Tour face au FN.
        Pour info résultat 1er Tour présidentielle : (FN 35,4%, LR 22,6%, EM ! 19,7 % , DLF 6,2%, FI 11%, …). Le FN n’a jamais pu confirmer au 2eme tour pour emporter (2007 et 2012) la circonscription.

        J'aime

  2. En effet les grosses caisses médiatiques pro Macron sont toujours à l’oeuvre pour formater les citoyens qui par ailleurs sont en burning out electif depuis 6 mois et donc risquent de ne pas répondre présents le jour des votes (comme souvent aux legislatives post presidentielles ou l on enregistre de maniere constante une plus grande abstention).
    Par aileurs il y a pléthore de candidats(16 dans ma circo!!) et pour un candidat estampillé LR et centre,le produit est dur « à vendre ».
    Seules l expérience de terrain d élu local ancré dans son territoire,des convictions de droite affirmées,une indépendance programmée lors des votes des lois(l abstention étant une position de lacheté souvent) et des triangulaires, peuvent encore faire espérer parfois des succés ce d’autant que « EN MARCHE » a validé des candidats(union oblige) qui sont loin de faire unanimité au sein de ses propres affidés(toujours dans ma circo une MDP(fonctionnaire de l’EN) micro parti crepusculaire de R. HUE qui manifestement ne connaissait meme pas les villes concernées!!!) .

    J'aime

    1. Bonjour, la presse fait tout pour nous convaincre que M. Macron est LE Président idoine pour la France. Le personnage est fabriqué à la manière d’une savonnette. On parle de président jupitérien, de la résistance du président lors de la poignée de mains avec Trump, de la virilité de cette poignée de main, des débuts de Brigitte sur la scène internationale, bref on construit une image, un mythe, quelquechose dont lé présence serait nécessaire, indispensable, évidente…. en conséquence de quoi, les candidats de LREM seraient en tête des intentions de vote et les électeurs ne penseraient qu’à eux. Nous sombrons dans une mélasse degré 0 de la pensée politique. Une forme d’infantilisation de la France et des Français est en cours. Le piège serait de tomber dans cette idéologie de maternelle. Nous devons tous garder en éveil notre sens critique et notre capacité à distinguer le faux du vrai, l’essentiel de l’accessoire. Tout ce qui agite la sphère de la « macronnie » est d’une insipide bêtise. Nous y voyons danser les traitres de tous bords, les opportunistes de tous bords, les infantiles de tous bords. Le combat pour gagner les élections législatives doit être mené avec la conviction d’une victoire possible à la clef. Cette victoire est possible mais dans l’ordre des choses dès lors que les électeurs s’assument en tant qu’être adultes et décident de récupérer ce qui leur a été volé avec l’élection présidentielle. Ce qui m’inquiète, c’est l’extraordinaire manque de combat des Républicains. Ils semblent avoir désertés la scène politique et le terrain. Ce matin, je faisais mon marché et je n’ai croisé que des militants distribuant des tracts pour LREM, le PS et la France Insoumise. Pour les présidentielles, sur le terrain c’était la même chose ! Il faut se bouger, vite et bien ! Je ne suis pas adhérent à un parti politique et je le regrette tant il me semble impératif de réveiller de leur somnolence celles et ceux qui peuvent sauver le pays. Bien à vous. RD.

      J'aime

  3. Vous n avez pas de chance dans votre ville car dans la mienne(et le reste de la circo) nous occupons le terrain en nombre (collages,marchés,gares etc..) et c est en face qu il n y a personne tant la représentante de la fameuse république en marche(dont les affiches montrent le portrait unique de MACRON et pas de la candidate!!!) que le PS ou Melenchon. Seul le candidat du PCF (eh oui ça existe encore, fait du forçing sur les collages de maniere agressive comme il se doit dans ce camp des amis de la liberté).
    Nous n’attendons plus rien de LR actuellement ou en effet à part WAUQUIER ou CIOTTI on fait plutot la planchet!!
    C est Chacun pour soi le mot d ordre….
    Bien cordialement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s